Action de la Caisse d'Épargne et de bienfaisance du Sieur Lafarge.

Livre ancien

350 €

Description

In-4, broché, imprimé au recto, médaillon "l'économie est la seconde providence du genre humain" au centre de la bande supérieure, notes manuscrites au verso, Paris, 1792.

Commentaire

Ce bon atteste du paiement de 90 livres par Claude-Françoise Morel au profit de sa propre nièce Marie-Françoise Isidore Morel.
Référence librairie 553

Joachim LAFARGE

(Grand Larousse :) "Économiste français, né à Paris vers le milieu du XVIIIe siècle, mort vers 1825. Il soumit, en 1790, à l'Assemblée nationale, un projet de tontine ayant pour but : 1° de déterminer la classe indigente à faire des économies dont elle recueillerait les fruits dans sa vieillesse ; 2° de faire concourir les riches à la prospérité de cette fondation ; 3° d'éteindre une partie des dettes de l'État, sans qu'il en coutât rien à la nation. Ce projet ayant été approuvé par l'Assemblée et par Louis XVI, Lafarge fut autorisé, en 1791, à établir à Paris une tontine, qui prit le nom de" Caisse d'épargne et de bienfaisance" ou de "Caisse Lafarge". Lafarge s'adjoignit M. Mitouflet, comme sous-directeur de cette caisse, dont le succès fut d'abord très grand. D'octobre 1791 à septembre 1793, Lafarge recueillit, en effet, 60 millions de livres environ, que versèrent près de 120,000 souscripteurs. Pendant quelques années, la caisse d'épargne fonctionna assez régulièrement ; mais on s'aperçut bientôt que les bases adoptées pour le calcul de la mortalité étaient erronées. Pour que la caisse tînt ses promesses, c'est-à-dire versât aux actionnaires survivants un capital de 3,000 livres, en échange de leur versement de 90 livres, il aurait fallu qu'à l'expiration d'une période de 12 ans il n'y eût plus que 10 survivants sur 100, ce qui était impossible, à moins d'une mortalité extraordinaire et sans exemple. On peut se faire dès lors une idée des cruels mécomptes qui en résultèrent pour les actionnaires. ils se plaignirent de ne pas même toucher l'intérêt de leur mise, et ils accusèrent en outre l'administration d'irrégularités dans la comptabilité et de dilapidations. Après une longue enquête, Lafarge se vit enlever par le gouvernement la direction de la caisse d'épargne (1809), qu'il essaya vainement depuis de se faire rendre, en s'adressant soit au gouvernement, soit au tribunaux civils."

Souhaitez-vous en savoir plus ?

Autres références de la collection July 1789-1792

Acte du corps législatif non sujet à la sanction du roi relatif au sieur Cossé-Brissac donné à Paris, le 12 juin 1792, l'an 4e de la Liberté

Acte du corps législatif non sujet à la sanction du …

25 €

Consulter
Actions de la Caisse d'Épargnes et de Bienfaisance.

Actions de la Caisse d'Épargnes et de Bienfaisance.

400 €

Consulter
Adresse au peuple breton des villes et campagnes, de la part de leur députés à l'Assemblée nationale

Adresse au peuple breton des villes et campagnes, de la …

50 €

Consulter
Adresse aux amis de la paix par m. Servan, Ancien avocat général au Parlement de Grenoble

Adresse aux amis de la paix par m. Servan, Ancien …

30 €

Consulter
Adresse aux soldats françois et alliés.

Adresse aux soldats françois et alliés.

220 €

Consulter